Voilà ce qui peut se passer…

Ce matin, j’ai vécu un moment fort; je me suis sentie en communion avec toutes les personnes qui étaient présentes au culte… sans exception. Juste avant d’entrer dans la prière d’intercession, quelques-uns ont suggéré des sujets. Parfois en exprimant de la colère, de l’indignation. Toujours en témoignant de leur compassion. Toujours avec sincérité. Au moment de formuler la prière, je me suis sentie portée par tout cela. C’était plus fort que tous les mots réfléchis de la prédication. A mon avis.

Nul autre!

« C’est vous qui êtes le sel de la terre ». Si vous ne salez pas la terre, si vous ne mettez pas un peu de vous-mêmes dans la terre, qui d’autre la salera? qui d’autre lui donnera du goût? qui d’autre prendra soin de la terre et fera en sorte qu’elle produise des fruits ? Rien n’est bon s’il est trop peu salé, ni trop salé. « Vous êtes le sel de la terre », ne négligez pas l’importance de votre implication. Mais ne prenez pas trop de place non plus. Laissez-en Lui! C’est un équilibre à trouver. Et ça peut prendre un peu de temps. Persévérez!